Droits de douane sur les voitures électriques chinoises : Bruxelles passe à l’action

Bruxelles a décidé de frapper fort. La Commission européenne va annoncer l’instauration de droits de douane supplémentaires pouvant aller jusqu’à 25% sur les importations de véhicules électriques chinois. Cette mesure, qui prendra effet le mois prochain, fait suite à une enquête sur les subventions perçues par les constructeurs chinois de la part de Pékin.

Une enquête déclencheuse

L’enquête, ouverte en octobre dernier, visait à déterminer si les constructeurs automobiles chinois bénéficient de subventions déloyales de la part de leur gouvernement. Les résultats ont conduit à cette décision drastique de la part de l’UE.

Des répercussions économiques

Ces nouveaux droits de douane vont considérablement augmenter le coût des voitures électriques chinoises vendues en Europe. On estime que ces taxes pourraient rapporter plus de 2 milliards d’euros par an à l’UE. En 2023, la Chine a exporté pour 10 milliards d’euros de voitures électriques vers l’UE, doublant ainsi sa part de marché à 8%.

Tensions commerciales en vue

Cette décision risque d’accroître les tensions commerciales entre l’Europe et la Chine. Pékin a déjà averti qu’il riposterait en cas d’instauration de nouveaux tarifs douaniers. Actuellement, la Chine applique des droits de douane de 15% sur les véhicules électriques européens. Les nouvelles taxes européennes affecteront les producteurs chinois comme BYD et SAIC, ainsi que des entreprises comme Tesla qui possèdent des usines en Chine.

Des réactions diverses en Europe

En Europe, cette annonce ne fait pas l’unanimité. Le gouvernement allemand, en particulier, a exprimé ses inquiétudes. Le chancelier Olaf Scholz a mis en garde contre une potentielle guerre commerciale avec la Chine, affirmant que cela pourrait rendre les produits plus chers et appauvrir tout le monde.

Un impact variable selon les constructeurs

Les droits de douane seront variables selon les constructeurs, en fonction du niveau de subvention que l’UE estime avoir identifié. Cette mesure vise à rétablir une concurrence équitable sur le marché européen des véhicules électriques.

L’instauration de nouveaux droits de douane sur les véhicules électriques chinois marque une étape significative dans les relations commerciales entre l’Europe et la Chine. Cette décision, motivée par des préoccupations de concurrence déloyale, pourrait avoir des répercussions importantes sur le marché automobile européen.

Auteur / autrice

  • Jean Leclerc

    Jean Leclerc est un passionné de l'automobile dont l'enthousiasme et la connaissance du monde automobile se reflètent dans chaque article qu'il écrit pour le site AutoPassion.com.

    Voir toutes les publications